Groupe régional (Neuchâtel)

De Climatestrike Switzerland
Aller à : navigation, rechercher

Le groupe du canton de Neuchâtel est présent dans plusieurs établissements scolaires, mais compte aussi quelques membres hors écoles. Il se distingue par la création de motions populaires cantonales et communales.

Organisation[modifier | modifier le wikicode]

Il s'organise grâce à des services de messagerie instantanée ainsi que grâce à un service de stockage et modification de documents en ligne, sans compter les réunions physiques. Certains de ses membres sont actifs dans la gestion des pages Facebook et Instagram nationales. Des assemblées générales permettent de prendre les décisions de fond. Un "comité", ouvert à tout le monde, permet la gestion courante du mouvement cantonal. Des groupes de travail, largement autonomes, sont constitués. Le mouvement communique publiquement sur Facebook et sur son site [1], sans compter des interventions dans les médias.

Motions populaires[modifier | modifier le wikicode]

Deux motions populaires cantonales ont été lancées par le mouvement, et acceptées par le Grand Conseil en juin 2019. La première demande notamment un état d'urgence climatique et environnemental, des outils démocratiques pour évaluer les mesures proposées ainsi qu'un bilan d'émissions de gaz à effet de serre neutre d'ici 2030. Le développement insiste sur le caractère social que doivent avoir toutes les mesures proposées. La seconde demande que l'Etat et les institutions en dépendant n'investissent pas ou plus dans les énergies fossiles, et que les investissements soient publics. Des motions populaires communales demandant la fin de la publicité commerciale dans l'espace public ont été lancées dans plusieurs communes.

Autres mouvements[modifier | modifier le wikicode]

Le groupe cantonal neuchâtelois entretient des liens avec le groupe local d'Extinction Rebellion. Il a apporté son soutien à la grève féministe du 14 juin 2019. Totalement indépendant organisationnellement de tout parti politique ou organisation quelconque, le groupe atoutefois cherché et trouvé le soutien de l'assemblée générale de la Fédération des Etudiant.e.s (FEN) neuchâtelois.es, de l'assemblée générale de l'Association neuchâteloise des Etudiantes et Etudiants en Sciences (ANES), de l'Assemblée de l’Université (AU) de Neuchâtel, et de la commission UniD, qui traite de durabilité à l'Université de Neuchâtel. Le mouvement tisse aussi des liens avec les syndicats locaux, et certains de ses membres, militant dans d'autres organisations, permettent des dialogues riches et, parfois, une mutualisation du matériel et des forces humaines.